Contenu principal

Rechercher dans Docinfos

Les actions contre le spamindexing

Les actions contre les pratiques déloyales sont nombreuses, elles s’articulent essentiellement autour de trois axes : la loi, les outils de recherche et les professionnels.

La loi

Même si Internet n’obéit pas à une seule législation, mais à des législations multiples, la loi commence à s’imposer dans différents pays notamment en ce qui concerne les droits de la propriété intellectuelle et la concurrence déloyale. Plusieurs cas ont été traités par les tribunaux tant en France qu’aux Etats-Unis. Pour plus d’informations, nous renvoyons le lecteur à l’article « Du bon usage des méta-tags » écrit par Maxence Abdelli qui est Avocat à la Cour et directeur d’Actoba.

Les outils de recherche

Comme nous l’avons déjà constaté dans la description des outils de recherche, la plupart essayent de parer aux différentes pratiques déloyales car il y va de leur réputation. Les algorithmes sont adaptés au fur et à mesure pour contrer ces pratiques. C’est ainsi qu’une bonne partie des outils repèrent les mots-clés répétés abusivement, refusent d’indexer des pages satellites, etc. mais leurs actions ne s’arrêtent pas là. Ils vont même jusqu’à radier un site de leur index et de le « blacklister ». Cette action consiste à diminuer sensiblement, voire complètement, la visibilité d’un site de la part de l’outil de recherche. Elle peut être directe et volontaire (effectuée par un humain pour un site donné) ou indirecte (répercussion sur un site du blacklistage d’un autre site).

En ce qui concerne le blacklistage directe, il existe deux types de sanctions :

  • La sanction temporaire ou NPL (No Print List). Le site est présent dans la base de données, mais n’apparaît pas dans les résultats.
  • La sanction extrême ou NCL (No Crawl List). Le site a été retiré de la base de données et est exclu du crawl.

Quant au blacklistage indirecte, il fonctionne au même titre que les votes positifs, mais avec un effet inverse. Si un site est cité par des sites blacklistés, il se voit attribuer un Page Rank négatif et de ce fait, il est retiré de la base de données. Il s’agit du « spamrank ».

Les dernières opérations de blacklistage ont concerné des sociétés spécialisées dans le référencement. Afin d’assainir la situation Google propose une sorte de partenariat, le " Google Advertising Professionals“. Et, dès le mois de janvier 2006, il va changer sa politique de commissionnement, il en est de même pour Yahoo(29).

Les professionnels du référencement

Cependant, ces actions de blacklistage ne se font pas sans polémique. En septembre 2004, Netbooster, Absolute Référencement et Ability Référencement, des sociétés spécialisées dans le référencement ont été désindexées par Google. Le directeur de Netbooster accuse Google de l’avoir déréférencé parce qu’il fait de l’ombre aux liens sponsorisés(30). Cette polémique n’est pas récente puisqu’en novembre 2003, plusieurs sites ont perdu des places dans le classement de Google… Certains y voient une tentative de Google pour favoriser son système de liens sponsorisés Adwords. Pour d’autres, ce « nettoyage » viserait à inciter les sites marchands à souscrire au service payant de Google Adwords, afin de préserver leur visibilité sur les pages du moteur.(31).

Cet incident démontre des relations très tendues entre les sociétés de référencement et les outils de recherche. Il faut dire que la concurrence fait rage et les montants qui sont en jeu sont assez importants.

Aperçu du marché français de l’Internet
  Du 01/01 au 30/09/2004 Evolution sur un an Source
Investissements publicitaires 516 millions d’euros + 69,0% IAB/TNS Media Intelligence
Nombre d’internautes (Français de 11 ans et plus) 23,23 millions + 18,5% Médiamétrie
Part d’internautes acheteurs (en juin 2004) 46% + 27,8% TNS Sofres
CA du e-Commerce (26 sites marchands audités) 644 millions d’euros + 69,2% Acsel
Taux de pénétration du haut-débit 50,1% +100,0% ART
Source : Journal du Net, 2005(32)

 

Si les relations entre outils de recherche et professionnels de l’information ne sont pas simples, les relations entre les prestataires du secteur ne sont pas plus claires. En 2000, l’IPEA (Internet positioning european association) adopte une « Charte de qualité et de déontologie sur le référencement de sites Web » qui était en vigueur jusqu’en juillet 2003 date à laquelle elle a été remplacée par « Le code de déontologie de l’IPEA ».(33)

Toujours en juillet 2003, la sema7 (Search Engine Marketing Association) qui est l’association des professionnels du référencement a été créée. Elle a pour objectif de faire progresser le niveau des prestations de référencement. Cette association a aussi sa propre charte de déontologie du référencement(34). Au même moment, l’IPEA a changé de nom pour devenir The Search Marketing Association. Raphaël RICHARD, fondateur et Président de CVFM, estime pour sa part que ce changement de nom a pour objectif de parasiter le lancement de sa propre association le sema7(35).

Si les relations entre outils de recherche et professionnels de l’information ne sont pas simples, les relations entre les prestataires du secteur ne sont pas plus claires.

En 2000, l’IPEA (Internet positioning european association) adopte une « Charte de qualité et de déontologie sur le référencement de sites Web » qui était en vigueur jusqu’en juillet 2003 date à laquelle elle a été remplacée par « Le code de déontologie de l’IPEA ».(36)

Toujours en juillet 2003, la sema7 (Search Engine Marketing Association) qui est l’association des professionnels du référencement a été créée. Elle a pour objectif de faire progresser le niveau des prestations de référencement. Cette association a aussi sa propre charte de déontologie du référencement (37). Au même moment, l’IPEA a changé de nom pour devenir The Search Marketing Association. Raphaël RICHARD, fondateur et Président de CVFM, estime pour sa part que ce changement de nom a pour objectif de parasiter le lancement de sa propre association le sema7(38).

Le 1er mars 2005, NetBooster a adopté une nouvelle Charte afin de mieux répondre aux attentes du marché, des annonceurs aux internautes.(39)

Ces incidents et ces tiraillements démontrent bien que la profession est en manque de normalisation. Est-ce vraiment utile d’avoir autant de chartes déontologiques pour un même métier ? Si nous évoquons les professionnels du référencement, c’est parce que nous sommes convaincus qu’ils ont un rôle primordial à jouer dans la lutte contre les pratiques déloyales.